21 juillet la police tire a nouveau dans la foule en Iran

 
vidéo et témoignages sur la révolution iranienne

De nombreux accrochages, manifestations et plusieurs arrestations ont eues lieues ce 21 juillet dans la capitale iranienne, jour symbolique commémorant la nationalisation du pétrole.
La censure du régime, due essentiellement a la collaboration des entreprises occidentales complices du régime que sont Nokia et Siemens n’a pas entamée la déterminations manifestants iranien

A Téhéran et dans d’autres grandes ville le peuple a , à nouveau bravé l’interdit et les menaces du ministre de l’intérieur , mardi 21 juillet , en redescendant a nouveau dans les rues


Cette journée d’action et de manifestation était très symbolique. Elle coïncidait avec la commémoration d’une journée anniversaire de soutien populaire, en 1952, à la nationalisation du pétrole, un an avant le coup d’État anglo-américain contre Mohammad Mossadegh, le premier ministre de l’époque qui avait amené le Shah au pouvoir.

Plusieurs témoins, contactés en Iran, rapportent également qu’il y a eus de nombreux accrochages et plusieurs arrestations très violentes, notamment sur la place Haft-é Tir a Téhéran
Plus tôt, dans la journée, le chef de la police iranienne et le ministre de l’intérieur ont accusés les manifestants d’«incitation à la sédition et a l’émeute », devant la détermination et le courage des manifestants qui bravent quotidiennement les exactions des basijs et des terribles brigades motocyclistes le ministre menace d’employer maintenant d’autres moyens plus terribles encore contre la résistance.

Cette nuit du 21 au 22 juillet les affrontements ont continués dans de nombreux quartiers populaires de la ville de Téhéran


Vidéo de voitures de basij’s en flammes




 http://www.youtube.com/watch?v=JX5KuV8JHU4


Terrible vidéo de la répression a Téhéran ce 21 juillet un basij’s en civil et un anti émeute tirent sur des manifestants


 http://www.youtube.com/watch?v=lj0_cC4C0i8

Les iraniens nous demandent de faire circuler cette vidéo pour que le monde entier sache quelle brutalité et quelle violence barbare animent les miliciens basij’s et leurs complices de la police anti émeute



Témoignage d'un medecin iranien sur les exactions des basij's

Témoignage d’un médecin (relatant la terrible journée du lundi 15 juin) :

“Je suis médecin et travaille à l’hôpital Rassoul Akram situé Avenue Satar Khan à Téhéran. Hier nous avons accueillis aux urgences de notre établissement 38 blessés par balle, et avons du constaté 10 décès dès les premiers soins. Les premiers constats font état de blessures multiples, témoignant d’impacts multiples et rapprochés, au moins deux pour la majorité d’entre eux. Ceci laisse penser qu’ils ont fait l’objet de rafales de mitraillettes.

A titre d’exemple je peux citer le cas d’un homme de 68 ans victime porteur de deux blessures, à l’épaule gauche et au flanc gauche de l’abdomen et celui d’un jeune homme de 18 ans ayant deux impacts, l’un à la paume de la main et l’autre au poignet homolatéral. La disposition des impacts peut laisser penser un point de tir situé en hauteur par rapport à la cible, soit le toit d’une immeuble à proximité ou de vis-à-vis : un jeune de 32 ans a un impact correspondant à l’entrée de la balle située au niveau du dos (fosse lombaire) et une sortie située à la cuisse, les deux orifices correspondant à un trajet incliné de haut en bas et d’arrière en avant.

Au dire des blessés les tirs ont commencé lorsque la foule s’est approchée d’une base des Basijis située au nord de la place de Liberté. Les blessés ajoutent qu’un camion était stationné devant la porte d’entrée de la base de façon à empêcher toute tentative de pénétration dans l’immeuble tenu par les Basiji. Les blessés pensent qu’il s’agit là vraisemblablement d’un plan prémédité de tire sur les manifestants qui dans leur colère auraient pu attaquer la base.

Ils affirment que 4 Basiji se sont mis soudainement à tirer dès que le groupe de manifestants entrait dans le rayon de l’immeuble ; les tirs étaient nourris de façon à empêcher tout secours aux blessés. Ceci explique le nombre important de blessés. L’un des blessés affirme qu’il a reçu une balle alors qu’il s’était réfugie derrière une voiture stationnée à proximité. C’est alors que les manifestants pris de colère ont mis le feu au camion sans pouvoir pour autant la déplacer et envahir l’immeuble. D’autres troupes de forces de l’ordre et Basiji ont ensuite envahis l’artère Jenah et tiré sur les manifestants à proximité de l’entrée du métro.

Selon d’autres informations reçus de l’hôpital Imam Khomeinin, les médecins affirment avoir accueilli 38 blessés par balle hier soir, pour la plupart en étant de mort clinique.

Il est à noter que très tôt ce matin la police et les forces de sécurité ont procédé au lever des corps à l’aide des camionnettes banalisées avant même que l’identité de l’ensemble des blessés ait pu être déterminé et leur entourage informé. Des individus de très jeune âge (15-16 ans) ont été constatés parmi les blessés succombés à leur blessure.


C’est pourquoi ce matin les étudiants en médecine et certains praticiens de l’hôpital Rassoul Akram se sont réunis devant l’entré principale de l’établissement pour distribuer un bulletin relatant des informations relatives à ces évènements. Ce rassemblement a été dispersé suite à l’intervention des forces de l’ordre.

Ce médecin a évidement témoigné anonymement sur de nombreux sites et blogs de l'opposition Iranienne et risquerait la peine de mort s'il était identifiée par les miliciens basij's

Traduction d'aprés sooresh1917 revolutionary road et w.u.p iran

add a comment on this article