Le carré des indigents ou la fosse commune

 
Les indigents de la fosse commune, la fosse commune des indigents...

En France
Si vous n'avez pas d'argent
A votre mort, c'est le carré des indigents
Ce qui vous attend
C'est la fosse commune
Pour ceux et celles qui n'ont pas la thune
Et si au bout de cinq années
Votre corps n'est pas réclamé
Place aux autres, il faut le brûler
Une façon, sans aucune cherté
Pour se faire incinérer
Sans les fleurs et les couronnes
Pour ceux et celles, qui le coquillard, s'en tamponnent
La commune vous prend en charge
Sous terre, vous serez encore en marge
Le marché de la mort
N'est pas la mort du marché
C'est le marché du plus riche, donc du plus fort
La lutte des classes sans aucune subtilité
Le carré des indigents
Déjà, on nous attend
Pas le temps
De faire une toilette
Pas le temps
De faire des emplettes
Le carré des indigents
Nous attend, dans ses oubliettes
Pour les pauvres, en France ou ailleurs
C'est toujours la même heure
Jamais aucune pause
Rarement une rose
La fosse commune
Car tu n'as pas de pécune
Carré des indigents
Car tu n'as pas d'argent
Toujours pareil, jamais de soleil
Mais une fois la mort
Ils se valent tous, nos sorts
Mais une fois la mort
Sont particules d'univers, nos corps
Et au fond, alors
La mort n'est que la mort
Mais nous en faisons des rituels
Mais nous en faisons des ritournelles
Nous en remplissons nos gamelles
De la propagande, de la guerre, pêle-mêle
Fosse commune
Carré des indigents
Ceux et celles dont personne ne veut
Comme jadis, les gueuses et les gueux
Peu nous chaut des appellations
Qui sont des traditions
Qui sont toutes des propagandes
Qui vont toutes en diverses bandes
Chaque pays
En fait des simagrées
Chaque pays
Avec son cérémoniel, en fait son habileté
C'est la lutte des classes
Dans les cimetières, avec ou sans trace
Puis la mort, anonymement, c'est le carré des indigents
Et comme vous le savez
Par des intimes, je voudrais être mangé
Mais pas de fantaisie autorisée en ce domaine
Qui comme toutes choses, est codifié par la haine
Et tant pis pour cette envie
Quand tout pour moi sera fini
Attendez-moi
Faîtes-moi de la place
Enfin, nous serons les rois
Dans la mort, car la vie, nous fut rapace




Patrice Faubert ( 2010 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien (  http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur "hiway.fr"



In France
If you do not have money
At your death, it is the square of the poor
What you can expect
This is the common grave
For those who do not have the dosh
And if after five years
Your body is not claimed
Place the other, we must burn
One way, without high cost
To be cremated
Without flowers and wreaths
For those, who Coquillard, get dab
The town supports you
Underground, you will still be room
The market for death
Is not the death of the market
It is the richest market, so the stronger
The class struggle without subtlety
The square indigent
Already, we are expected
No time
To a toilet
No time
To shop
The square indigent
We expect, in his dungeon
For the poor, in France or elsewhere
It is always the same time
Never before break
Rarely rose
The mass grave
Because you do not have a pécune
Square indigent
Because you do not have money
Always the same, never sun
But once death
They all are worth, our fates
But once death
Are particles of the universe, our bodies
And at the bottom, then
Death is only death
But we do rituals
But we do jingles
We fill our bowls
Propaganda, war, pell-mell
Mass grave
Square indigent
Those that nobody wants
As before, the pigs and the beggars
Shortly we chaut designations
Who are traditions
Who are all propaganda
Who are all in various bands
Each country
In fact affectations
Each country
With its ceremonial, in fact his ability
This is the class struggle
In cemeteries, with or without a trace
And death, anonymously, that is the square of the poor
And as you know
By intimate, I would be eaten
But not fancy authorized this area
That like all things, is codified by hatred
So much for the desire
When everything is finished for me
Wait for me
Reward me instead
Finally, we are kings
In death as life, we were prey




Patrice Faubert (2010) puète, peuète, pouète, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/) Pat said the guest on "hiway.fr"

add a comment on this article