Les prêtres catholiques s'unissent pour s'opposer au viol et au meurtre d'enfants par le pape et l'Église catholique

 

prêtres catholiques
prêtres catholiques


Rupture du clergé catholique dissident de l'église de Rome avec la déclaration mondiale, alors que émergent les nouvelles expositions du culte du neuvième cercle

La déclaration suivante a été reçue par notre bureau vendredi d'un réseau de membres du clergé désaffecté de l'Église de Rome. Elle était accompagnée d'un second message confidentiel contenant un fichier massif de documents et de preuves provenant d'une archive du Vatican précédemment inconnue. Son contenu est choquant et est en cours d'analyse par l'ITCCS et son personnel technique. Ils indiquent de vastes réseaux de sacrifices d’enfants au sein de la Conférence des évêques catholiques du Canada (CCCB) et mettent en garde contre un prochain culte du culte du neuvième cercle à la conférence du CCCB au Centre NAV de Cornwall, en Ontario, du 24 au 28 septembre 2018. rapport complet sur ce matériel sera disponible et sera rapporté sur

Here We Stand,

www.bbsradio.com/herewestand, on Sunday September 23 and 30 at 3 pm pacific, 6 pm eastern, 11 pm GMT.



PaAS EN NOTRE NOM:

Déclaration juridique et morale et engagement de non-coopération émis par le clergé catholique concerné

Dimanche 23 septembre 2018

Nous sommes un groupe de membres du clergé au sein de l'Église catholique romaine qui, en toute conscience, ne peut plus s'associer aux actions criminelles et antichrétiennes du Vatican et de la papauté. Nous nous référons à la dissimulation massive de crimes violents contre des enfants qui sont maintenant perpétrés par la hiérarchie de l’Église: des crimes dans lesquels tous les catholiques sont supposés s’associer.

L'exposition croissante dans les médias du monde entier d'un réseau massif au sein de notre église de traite d'enfants, de viols, de tortures et de meurtres et l'implication directe du pape et des hauts cardinaux et évêques dans ce réseau obligent chacun d'entre nous à faire un choix. Car par notre association quotidienne avec l'Église de Rome, nous sommes complices de ses crimes, sous les lois de Dieu et de l'homme. Aucun statut ou commandement papal ne peut justifier ou absoudre une association aussi criminelle et pécheresse. Qu'il soit pape ou prêtre, nous devons tous faire face à Dieu pour nos actions ou notre inaction. Et nous devons également répondre à la loi.

En vertu de la loi, toute personne - y compris les prêtres ordonnés - peut être jugée et condamnée pour avoir nui à un enfant ou pour permettre ou dissimuler ceux qui le font. En tant que catholiques, nous sommes donc tous coupables et passibles de poursuites conformément à notre propre politique d'église connue sous le nom de Crimen Sollicitationas (1929), qui exige que nous supprimions les preuves de maltraitance dans l'église envers ses victimes. Cette politique qualifie le viol d'enfants comme "un secret pontifical" qui, s'il est révélé, entraînera l'excommunication de tout catholique honnête qui signalera le crime ! Une loi aussi bizarre et inhumaine constitue un complot criminel massif dont nous sommes tous responsables et sujet à l’arrestation et la poursuite. (1)

Pour cette raison, en tant qu'êtres moraux et disciples de Jésus-Christ, nous ne pouvons plus adhérer à la collusion et au silence qui nous sont imposés par un régime d'église criminelle qui met son argent et son pouvoir avant la vie et la sécurité des enfants. Car notre Seigneur ne nous a-t-il pas dit : "Quoi que vous fassiez au moindre de ces gens, vous me le faites ?"; et "Qui ferait tomber l'un de ces petits, il serait préférable qu'une meule soit attachée autour de son cou et qu'il soit jeté à la mer"?

Le jugement de Christ sur ceux qui font du mal aux enfants est le même que le nôtre.

En conséquence, à compter de ce jour, nous nous dissocions publiquement de toute allégeance aux dirigeants de l'Église de Rome et de nos vœux d'obéissance à nos évêques et au pape. Nous ne serons plus soumis à Crimen Sollicitationas et à son exigence de collusion avec le viol et le meurtre d’enfants. En vertu de la loi de Dieu et de l'homme, nous sommes obligés de toujours protéger les enfants et de poursuivre leurs bourreaux, pas simplement quand c'est opportun.

En conséquence, nous nous engageons à suivre la ligne de conduite suivante:

Nous allons activement découvrir et signaler à nos congrégations, à la police et aux médias toute violence ou autre crime commis contre des enfants dans nos paroisses, diocèses et communautés, indépendamment de la politique de l'Église.


Nous découvrirons et communiquerons également à nos congrégations, à la police et aux médias les noms de toute personne de l'Église qui nuit à un enfant ou qui aide et encourage un tel préjudice, et qui la dissimule, indépendamment de son rang ou de sa position dans l'Église.


En tant qu'ecclésiastiques ordonnés, nous refuserons de donner la Sainte Communion ou tout autre sacrement de l'Eglise à toute personne associée à de tels crimes. Nous refuserons également d’accepter des dons ou des dîmes financiers de ces personnes.


Si nos supérieurs nominaux nous ordonnent de nous associer à de tels crimes, ou si nous faisons face à la discipline ou aux punitions pour avoir agi conformément à notre conscience et à la loi, nous nous séparerons de ces fonctionnaires et continuerons nos activités pastorales et sacramentelles malgré la hiérarchie de l'église, dans des congrégations distinctes sous l'autorité de Christ seul.


Nous sensibiliserons activement tous nos membres du clergé et tous les catholiques romains de nos communautés et nous les exhortons à se joindre à nous et à prendre le même engagement de non-coopération et de témoignage contre le régime anti-Christ qui régit notre Église.


Notre foi est en Dieu et non en l'homme. Comme Dieu le veut, alors c'est fait.

Signé et publié le vingt-troisième jour de septembre de l'année 2018 par des membres du clergé de l'Église catholique romaine en Amérique, au Canada, en Irlande, en Angleterre, en France, aux Pays-Bas, en Allemagne, en Espagne et en Italie.


S'il vous plaît partager cette déclaration. Elle a été publié sur les médias mondiaux.

Nous invitons tous les membres du clergé et les adeptes de notre église à réfléchir et à approuver cette déclaration. Vous pouvez nous contacter at  congregationalcovenant@gmail.com


Note de bas de texte: (1) La politique de Crimen Sollicitationas a été adoptée pour la première fois à Rome en 1929 et s'est ensuite élargie pour s'appliquer à tous les catholiques lors du Concile Vatican II en 1962.

Une copie du Crimen Sollicitationas:

www.murderbydecree.com

e-mail:: hiddenfromhistory1@gmail.com homepage:: www.murderbydecree.com

add a comment on this article